La société et les institutions de la monarchie romaine

Le fondement de la société romaine de l'époque royale est constitué par les gentes, ensemble des familles possédant, ou prétendant posséder, le même ancêtre commun. À la tête de chaque famille, on retrouve le paterfamilias qui a un pouvoir absolu sur chaque membre de sa famille.

Les citoyens sont organisés en tribus par Romulus (les Tities, les Ramneset les Luceres), elles-mêmes divisées en 10 curies, avec à sa tête un curio. Tous les membres d'une curie sont unis par des cultes et des sacrifices pratiqués en commun. Chaque curie fournit cent fantassins, soit une centurie, et chaque tribu cent cavaliers. Les curies sont elles-mêmes divisées en dix parties, mené par un decurio. Romulus divisa en trente parties égales le territoire romain et chaque curie en reçut une partie. Une partie de la ville de Rome fut réservée à l’édification des temples et sanctuaires et à l'usage public (Ager publicus).

Les comices curiates sont l’assemblée des curies, la plus ancienne assemblée politique de Rome, convoquées et présidées par le roi. Cette assemblée choisit les magistrats, ratifie les lois, et décident de la guerre quand le roi fait appel à leur décision.

Le Sénat serait une invention de Romulus, comprenant à l'origine cent membres, pour parvenir à trois cents avec l'extension du territoire de Rome. Il rassemble lespatres des familles plus influentes. Le Sénat joue un rôle clé lors de interrègne, lorsqu'il faut nommer un nouveau roi. Ce dernier n'a pas obligation de consulter le Sénat, mais ne pas le faire est agir en tyran, tel Tarquin le Superbe.

Romulus distingua les citoyens de rang supérieur, les patriciens, qui devaient l'aider à gérer la ville naissante (en occupant les fonctions de prêtres et magistrats), et plaça le reste du peuple sous leurs responsabilités, chaque patricien devant protéger ceux dont il est responsable : ses clients.

Le roi a le pouvoir absolu. Il serait élu par l'assemblée du peuple, et ce choix serait ratifié par le Sénat. L'origine étrangère des derniers rois de Rome, étrusques et corinthiens, montre l'ouverture déjà remarquable de l'aristocratie romaine sur une vaste zone du monde méditerranéen.

5 votes. Moyenne 4.80 sur 5.

Commentaires (3)

1. me 13/03/2011

I dont understand because it's very bad language. I'm shock!!!!!!!

2. lolkiikoool 30/08/2010

just shut up ! we don't mind about your shoes looool

3. Untel French 18/08/2010

The fucking Motha Fuck which look to send their shoes on this site has to go fare to fuck!
Fuck U very much !!

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×